Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 14:38

20140410_140753.jpg

20140410_140535.jpg

Repost 0
Published by AOUADENE
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 15:51

Affiche-Printemps2014VersionFinale--2-.jpg

Repost 0
Published by AOUADENE
commenter cet article
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 19:28

QUI DIT MIEUX ? BARAKAT


Et quand la foule entière

N’a plus peur des tyrans,

Elle plonge en silence

Dans cette vague obscure

Qui emporte les siens

Hors des horizons sales

 

Qui dit mieux que les

Hommes ?

Quand le cri de la rage,

La peine et la révolte

Descendent dans la rue

Avec pour tout slogan

« Barakat, Barakat ! »

 

Qui dit mieux que les

Femmes ?

Quand soudain excédées

De voir leur couvée chère,

Egarées dans les rues

Et verser les sanglots

D’un avenir brisé.

 

Qui dit mieux que ces

Vieux ?

Assis sur des bancs gris

Regardant le lointain

Comme pour exhorter

Les vieux démons qui plongent

Un pays dans l’oubli,

L’oubli de ses racines

Et celui d’un passé

Qui soudain rejaillit

Avec pour tout slogan

«  Barakat … Barakat !

 

Qui dit mieux que ces

Jeunes ?

Qui hurlent leur détresse,

Au détour d’un café,

Aux regards égarés,

Fuyant un quotidien

Trop longtemps écrasé

Par le poids du mal-être

Et le désir d’exil

Et la fuite qui rôde

A chaque coin de rues

L’écho de «  Barakat…

Barakat…Barakat ! “

 

Qui dit mieux que ce

Peuple?

Qui jalonne les rues

Pour hurler sa détresse

Mais l’appel reste sourd

Aux oreilles de ceux

Qui piétinent les morts,

Assassinent l’espoir

Et écrasent les rêves

Depuis des décennies

En criant au complot

Des marcheurs …Barakat !

 

Et puisque les silences,

Les pleurs et les absences

Ne peuvent plus suffire

A détrôner ces monstres,

Assis sur leur fauteuil,

Occupant tout l’espace

Emplissant leur gros bide

Des bienfaits de l’or noir.

Le peuple mortifère

Aujourd’hui se réveille

Et dans une fanfare

Qui fait bruit et rugit

De fureur et de rage,

L’avenir se profile

Et les tyrans obscènes

Rejoindront la cohorte

De ceux qui n’ont pas cru

Qu’un Printemps

Peut se faire

Quand…

 

Qui dit mieux que les hommes,

Les femmes et les jeunes

Et les vieillards déçus

Descendent dans les rues

Et dans une empathie

Crient enfin «  Barakat…Barakat…Barakat ! »

 

Rénia Aouadène@tous droits réservés

Le 29 Mars 2014

 

Repost 0
Published by AOUADENE
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 16:25

IMG_0029.JPG

IMG_0187.JPG

Repost 0
Published by AOUADENE
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 18:38

Mon cher Père,

Toi qui m’as été enlevée par cette horde de misérables alors que j’étais bébé. Mon cher Père, toi dont je ne peux me résoudre à faire le deuil. La meute  continue  de sévir. De là où tu te trouves, tu dois sans doute te retourner dans ta tombe. Ils sont toujours là ; tu sais ceux qui se sont appropriés le combat alors qu’ils déjeunaient à la table des nantis, au-dehors des frontières de l’Algérie, attendant que la tempête coloniale se termine pour venir prendre la place de ceux qui se sont battus pour bouter hors du pays Mme la France.

Cher Père, ils ne veulent pas lâcher les rênes, il y a encore de l’or à prendre et à transformer en lingot, de quoi assurer à leur couvée un bien-être pour quelques générations. Les voleurs de liberté sont là, ils n’en ont pas fini avec leur besoin insatiable de s’empiffrer de belles cylindrés, de villas cossues, de soirées au son du raï et de bouteilles de champagnes en veux-tu en voilà. Ne parlons pas du reste…. Je n’ose pas mon cher Père !

Cher Père, Le peuple se meurt de tant d’échecs et de désillusions, la jeunesse vieillit sans s’en rendre compte blasée d’un système qui refuse toujours de lui laisser une place qui lui ouvrirait la porte de la création, du progrès, de l’espoir.

Cher Père, de là où je t’écris, je contemple les horreurs que ces hommes ont produit. Tu sais que les femmes sont recluses et les jeunes filles sont inquiètes ! Quel avenir pour un pays quand une moitié de sa chair est une éternelle mineure ? Quel avenir pour sa jeunesse dont le seul espoir serait la fuite hors d’un territoire où il ne fait pas bon aimer, rêver, partager ? Quel avenir pour des hommes dont les projets s’écroulent faute de soutien et d’accompagnement ?

Cher Père, Je t’ai tant pleuré avec pour seul rêve, voir l’aboutissement d’un combat, donner ses fruits ! Voir apparaitre ton Pays en pleine éclosion et semer des graines de liberté sur ses êtres qui ne demandent qu’à transformer en diamant tous ces projets dont ils sont porteurs.

Cher Père, toi qui ne m’a serrée dans ses bras que pendant les six premiers mois de ma vie, toi qui a dit à ta femme que tu as tant chérie ,de faire de tes filles, des femmes capables de se battre, toi qui nous a transmis l’amour de l’autre, le sens du combat, aujourd’hui j’ai fait un long chemin semé de rêves et d’espoir pour un pays que tu voulais libre et débarrassé des oppresseurs.

Mon cher Père, envoie-moi un signe, dis-moi que les vautours s’envoleront enfin pour se paître de leurs charognes et nous laisseront enfin jouir de la beauté de cette terre et en faire un joyau digne des pierres dont son sol regorge depuis des siècles. Dis-moi que l’herbe verte refleurira et que les bourgeons prêts à éclore vont enfin exploser sous la pluie que cette jeunesse va déverser sur chaque parcelle. Papa, dis-moi, tout ça !

                                 Alger le 06 Mars 2014

Repost 0
Published by AOUADENE
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 15:58

FLEUR ORIGINELLE    -        Rénia AOUADENE


Et je ne serai pas la

… Fleur originelle

Celle qui envahira

L’âme du Bien-Aimé

Errant …

Aux  senteurs d’orangers

De musc et de gingembre

Enivrés…

Nous aurions pu

Au gré de ces vents

Fous …

Doux …froids… violents

Nous laisser emporter

Et telle… Wallada

J’aurais été l’espace

D’un instant

… La dédaigneuse

Afin que tu m’accouches

Des vers de

… La passion

Et les feux incendiaires

Dévoreront les cœurs

De ceux qui resteront

… Faux amants éternels

Et quand tu jetteras

Sur des feuilles

Les mots et les soupirs

De cette union

… Mirage

Les senteurs andalouses

Envahiront nos corps

Et nous nous souviendrons

Que nous n’avons pas osé

…Cheminer

Quelques heures

 Jusqu’à ce que nos cœurs

… Aillent

 Au bout du chemin

 … Vague

Assouvir notre faim.

 Février 2014 @Rénia Aouadene

Repost 0
Published by AOUADENE
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 21:33

20131228_172802---asegas.jpg

Repost 0
Published by AOUADENE
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 21:12

 


Vidéo

 

Repost 0
Published by AOUADENE
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 20:11

Je le voulais tout contre moi

Il me voulait tout seul pour lui

Il me disait que les silences

Suffisaient à sceller notre amour.

Moi je n’entendais que les paroles

Qu’il refusait de prononcer

Moi je n’étais que la sirène

Qui se noyait dans les courants.

Il était le requin blanc sauvage

Qui se vautrait dans les tornades

Que lui-même avait provoquées.

J’aurais aimé que les orages

Qui traversaient nos beaux rivages

Puissent un jour nous engloutir

Dans une étreinte éternelle

Mais il n’aimait que les silences

Et je n’aimais que les palabres

Je ne savais pas que ses silences

Etaient plus forts que les litanies

Que j’attendais malgré tout.

Il restera de ses silences

Un acre goût de jamais dit

Et je verserai  sur ma feuille

Tous les mots qu’il n’aura jamais dits.

Repost 0
Published by AOUADENE
commenter cet article
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 14:12

171-172.jpg

Repost 0
Published by AOUADENE
commenter cet article